Prochaines messes

  • Limersheim - Messe de semaine
    mer 17 avril 2024  9h30 - 10h30

  • Hindisheim - Messe de semaine
    jeu 18 avril 2024  18h30 - 19h30

  • Nordhouse - Messe de semaine St. Léon IX
    ven 19 avril 2024  18h30 - 19h30

  • Nordhouse - Messe anticipée du Dimanche - M. FRITSCH Clément
    sam 20 avril 2024  18h30 - 19h30

  • Hindisheim - Messe du Dimanche Pâques III
    dim 21 avril 2024  9h00 - 10h00

Auteur/autrice : Frédéric SCHNEIDER

  • Feuille de semaine n°76

    Jésus a été fidèle jusqu’à la mort, fidèle à son amour infini pour le Père, fidèle à son amour infini pour les hommes. Par sa Passion acceptée librement, Jésus vient briser le dynamisme de mort qui est en l’homme, le dynamisme du péché. Face à ce déferlement du mal, face à cette spirale de violence, Jésus reste celui qui aime et aimera jusqu’au bout. Jésus reste celui qui pose sur l’homme, même du haut de la Croix, un regard d’amour. La couleur rouge des ornements liturgiques nous rappelle l’humiliation vécue par Jésus sous les coups de la soldatesque. Mais elle nous rappelle aussi que cette humiliation est prophétique :à cet instant de sa Passion, Celui qui sera crucifié est revêtu par dérision du manteau de la pourpre royale. Mais c’est un roi qui règne en se faisant serviteur. Un roi peu ordinaire qui permet aux autres d’exister, qui veut les faire exister. Sa toute puissance est une puissance d’amour qui vient briser la spirale de la haine et de la violence. Il nous faut à notre tour entrer dans cette logique de l’amour des autres qui sont mes frères.

  • Bulletin paroissial n°52 – du 1er Mars au 30 Avril 2024

    Télécharger le bulletin au format pdf : Bulletin paroissial n°52 – du 1er Mars au 30 Avril 2024 Agenda

  • Edito Mars 2024

    Chers paroissiens, A la fin de ce mois de mars, nous allons vivre, comme chaque année, ce « drame sacré » de la pâque du Christ. La lumière et la joie de…

  • Feuille de semaine n°75

    Notre époque est marquée, plus que toute autre, par le refus et la peur panique de la souffrance, qu’elle soit physique ou psychique, affective ou morale. Le culte de l’individualisme qui marque la post modernité nous la rend totalement insupportable. Pourtant, iIl faut que meure notre « ego » si souvent exalté aujourd'hui dans notre société pour que le vrai « soi », celui qui s'épanouit dans le don de soi à l'autre, puisse s'épanouir et porter du fruit. « Perdre sa vie pour l'autre, c'est la garder pour la vie éternelle. » Attention : être Chrétien ne signifie pas l’exaltation de la souffrance et de la mort. Bien au contraire, c’est parce que Dieu désire que nous soyons des êtres vivants, que la douleur et la mort ne trouvent aucune justification, aucune explication dans l’Evangile. Jésus ne vient pas expliquer la souffrance, il vient selon l’heureuse formule de Paul Claudel « la remplir de sa présence. ».

  • Feuille de semaine n°74

    En ce dimanche Laetare, nous sommes entraînés dans une méditation devant la croix. La croix nous révèle le visage et le cœur de Dieu, le Dieu de Jésus Christ, le Dieu qui n’est qu’Amour. L’amour s’est fait chair dans le sein de la jeune fille de Nazareth. L’amour est devenu l’un de nous dans une vie semblable à la nôtre, avec seulement plus de risques, plus d’épreuves, plus d’obscurité. L’amour s’est fait bouchée de pain et gorgée de vin afin que nous ne fassions qu’un seul corps avec lui. L’amour s’est laissé clouer sur une croix. Il n’est pas une page de l’évangile qui ne trahisse cet amour bouleversant de Dieu pour nous. « Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique ». Que nous restons lents à croire à tant d’amour ! Qui donc est Père comme Dieu ? Finirons-nous par nous écrouler entre ses deux bras ? Par baisser la garde ? « Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé ».

  • Feuille de semaine n°73

    Une histoire qui étonne : la colère de Jésus en voyant les marchands dans le temple. Il pose là un geste prophétique. S’il s’est fait un fouet avec des cordes, il ne l’a sans doute pas employé : la menace a du suffire à disperser les marchands. Jésus rappelle par ce geste rude de purification que le Temple est d’abord le lieu de la présence de Dieu : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » Le Temple, il l’appelle la Maison de son Père, laissant deviner l’abîme inimaginable de sa relation intime avec le Père. Et c’est précisément cette relation unique qui éclaire la phrase mystérieuse : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. » Le sanctuaire de la présence de Dieu parmi les hommes, c’est l’humanité du Fils de Dieu. « Le Temple dont il parlait, c'était son corps », précise saint Jean. Jésus annonce sa Pâque, sa mort et sa résurrection.

  • Feuille de semaine n°72

    Un fil d’or court tout au long de la tapisserie des lectures de ce deuxième dimanche de carême. Ce fil d’or, c’est la bonté extrême de Dieu à laquelle répond la confiance de l'homme. Voyez d'abord l’histoire d’Abraham. A son époque, les chefs de tribus faisaient alliance par un rite semblable à celui auquel nous assistons ici : des animaux étaient sacrifiés. Les contractants passaient tous les deux entre les morceaux écartelés, signifiant par là le sort qui les attendrait s’ils ne respectaient pas leurs engagements : « Qu’il m’arrive le sort subi par ces animaux si je ne suis pas fidèle à l’alliance que nous contractons aujourd’hui ». Abraham accomplit donc les rites habituels, mais pour une alliance avec Dieu. Tout est semblable et pourtant tout est différent. Dans l’Alliance ; c’est Dieu qui a toute l’initiative. Lui seul s'engage dans une fidélité indéfectible. L'homme; s'il est infidèle, a toujours une autre chance. Il ne passe pas entre les carcasses. La seule attitude qui lui soit demandée , c’est de faire confiance : « Abraham eut foi dans le Seigneur et le Seigneur estima qu’il était juste. » Croire c’est « TENIR », faire confiance jusqu’au bout, même dans le doute, le découragement, ou l’angoisse. Telle est l’attitude d’Abraham.

  • Feuille de semaine n°71

    Comment mener son existence pour la réussir ? Comment en découvrir le sens ? Comment, finalement, vaincre la mort ? Ces questions redoutables, toutes les civilisations se les posent depuis des millénaires. L’homme de tous les temps, l’Adam de tous les siècles, est toujours tenté par l’autosuffisance pour gérer son existence, organiser le monde et construire son bonheur selon ses plans. Il s’y connaît en paradis terrestre, mais ne réussit souvent qu’à bâtir diverses variantes d’enfers... Dieu lui apparaît comme un rival dont il se détourne. Il veut mener seul sa barque, décider seul du bien et du mal. Il veut se construire seul, sans Dieu ni maître. Il se passe d’une alliance d’amour. Il ne veut pas vivre d’une relation filiale avec Dieu. Il veut être son propre dieu. Il veut tout posséder et tout dominer. Voilà le péché. Mais le récit de la chute se termine sur une note d’espérance. Rien n’est jamais perdu pour Dieu. La réconciliation est toujours possible.

  • Feuille de semaine n°70

    La lèpre dans la Bible fut le plus terrible fléau et le plus mystérieux. Le livre du Lévitique lui consacre deux chapitres entiers. Le législateur est surtout préoccupé de détecter les symptômes, non pas pour soigner le mal, ce dont ils étaient bien incapables à l’époque, mais pour exclure le malade de la communauté dont il met en danger la sainteté. Plus qu’une maladie, la lèpre est une impureté. Il faudra l’arrivée de Jésus pour voir traiter le lépreux comme un frère aimé. Plus. Jésus se fera l’un d’eux. Devant ce malheureux, qui enfreint les prescriptions légales pour s’approcher, Marc note chez Jésus un regard de compassion. Jésus a ce geste scandaleux de toucher de sa main l’intouchable. Et il lui dit : « Je veux, sois purifié ». Derrière la simplicité des mots de Marc sachons deviner l’abîme de l’Incarnation du Fils de Dieu, l’Humanité de Jésus porteuse de vie divine. Il est le Grand Sacrement de la rencontre de Dieu et de l’homme, dont tous les autres sacrements tirent leur efficacité. Il parle et il touche. Nous sommes plongés dans l’eau du baptême, nous mangeons le pain de l’eucharistie, tandis qu’une parole accompagne ces gestes corporels : « Je te baptise au nom du Père, du Fils, de l’Esprit » ; « Voici le corps du Christ ».

  • Feuille de semaine n°69

    Le cri de Job est celui de la souffrance innocente. Il blasphème et il adore, il en appelle à Dieu contre Dieu. Il refuse les explications toutes faites du mal et de la souffrance que lui opposent ses amis. Il est la rude question de l’homme déchiré par la souffrance. La réponse de Dieu, c’est la descente du Fils dans l’enfer de la douleur. Job réclamait à cors et à cris une explication à la souffrance. Jésus n’a pas répondu par des phrases. Selon le beau mot de Paul Claudel, il n’est pas venu « supprimer le mal », encore moins l’expliquer ; il est venu le remplir de sa présence. Sous l’apparente naïveté du récit de Marc et sous son évidente vivacité, sachons relever la pointe de sa narration : « Il s’approcha et il la releva en lui prenant la main ; la fièvre la quitta et elle se mit à les servir. » Le verbe relever désigne très souvent dans le Nouveau Testament la résurrection des morts. Jésus descend jusqu’aux enfers pour vaincre le mal à sa racine : la mort. Jésus a traversé la mort pour nous donner de la vaincre avec ses propres armes.