Prochaines messes

  • Limersheim - Messe 1ère Communion de 3 enfants
    dim 22 mai 2022  10h00 - 11h00

  • Hindisheim - Messe
    mer 25 mai 2022  18h30 - 19h30

  • Nordhouse - Messe 1ère communion de 13 enfants (Gérard ISSENHART)
    jeu 26 mai 2022  10h00 - 11h00

  • Nordhouse - Mariage de Anaïs RIEBEL et de Guillaume PARIS
    sam 28 mai 2022  16h00 - 17h00

  • Ichtratzheim - Messe (Fam KERN-SPRAUEL)
    sam 28 mai 2022  18h30 - 19h30

Editorial Septembre 2021

C’est la rentrée avec ses nouveautés, ses appréhensions pour ceux qui changent d’école, de travail, ou d’autres choses.
Il y a toujours une certaine nervosité en l’air au mois de septembre. C’est un peu comme si nous voulions tout de suite être performants, faire face à tout ce qui se présente à nous et mobiliser le plus d’énergies possibles. Nous vivons à grande allure, sans doute de manière trop rapide. Or chacun le sait ; il s’agit de durer, de prendre le temps qu’il faut pour s’adapter, pour mettre en œuvre de nouvelles manières de faire.
En fait, nous avons intégrés dans notre inconscient l’obligation d’être performants. Écoutons un peu comment nous parlons. « Cela doit marcher, cela marchera ! » « Ça passe ou ça casse ! » Deux dangers nous guettent. Soit nous dépensons beaucoup d’énergie pour des choses qui finalement n’en valent pas la peine. Soit nous perdons de vue ce qui est important, essentiel, vital : l’attention à l’autre, la qualité de nos relations humaines, l’écoute des angoisses qui nous habitent.
Nous vivons dans un monde devenu incertain, imprévisible, en tension permanente. Notre corps, notre mental accusent le coup. Nous dormons moins, mangeons mal, travaillons trop ou trop peu, sommes trop sédentaires, perdons notre temps devant la télévision, sommes dépendants de notre téléphone portable, nous énervons pour un rien… On peut poursuivre cette litanie.
Alors que faire ? Comment ne pas subir ?
Je crois qu’il y a nécessité aujourd’hui de s’asseoir pour réfléchir selon les trois directions suivantes :

  • se fixer des priorités et s’y tenir. Ce qui veut dire renoncer à ce que nous ne pouvons pas faire.
  • soigner la grammaire de l’humain : se saluer et se remercier, apprivoiser le silence, promettre ce que l’on peut tenir, ne dire que ce qui est nécessaire, faire confiance et ne pas céder au fatalisme, ne demander que ce que l’autre peut donner…
  • relire la journée et noter tout ce que nous avons vécu de positif, de rencontres intéressantes. Et puis rendre grâce à Dieu, si vous croyez en lui !

A tous, je souhaite une excellente rentrée !
Étienne