Prochaines messes

  • Limersheim - Messe du Dimanche - Erwin BINNERT
    dim 29 janvier 2023  10h00 - 11h00

  • Hipsheim - Messe de semaine
    mar 31 janvier 2023  9h30 - 10h30

Edito décembre 2022

Chers amis,
Après les réjouissances de Noël, pour accueillir une nouvelle année 2023, nous célébrons la solennité de Marie, Mère de Dieu. Marie est appelée Mère de Dieu, theotocos, parce qu’elle a donné sa chair à cet homme qui s’est révélé Dieu, parce qu’elle a donné chair à la parole de Dieu.
Et pourtant, cet événement extraordinaire par lequel nous aussi, nous devenons fils et filles de Dieu, se fait dans l’humilité et la discrétion d’une naissance d’un tout-petit. Dieu, le Tout Puissant, se dit dans le nouveau-né d’une toute jeune femme que protège un jeune homme du nom de Joseph. Pas de grands miracles, pas de tremblements de terre, juste un petit nouveau-né que quelques bergers sont venus contempler, ces bergers, considérés comme la lie de la société. Il est important d’utiliser ce titre de Marie, Mère de Dieu, selon les enseignements du concile d’Ephèse. La divinité se vit dans la pauvreté, la tendre discrétion…. Vous vous rendez compte ? Mère de Dieu !
Et cet enfant ne peut rien nous donner à part sa présence. C’est un bébé qui dort, qui s’éveille, qui pleure et qui boit le lait de sa maman. Oui, ainsi nous nous rendons compte qu’il est vraiment Dieu qui vient nous rejoindre dans la profondeur de notre humanité. Nous ne pouvons accueillir le fils de Dieu que dans l’humilité. Le mystère de Dieu, je ne puis le contempler que dans cette humanité frêle d’un enfant déposé dans une mangeoire. Quelle pensée, cette mangeoire ! Une référence frappante à la nourriture que nous recevons lors de la sainte eucharistie. Pour contempler la divinité du Christ, il faut que j’accueille d’abord sa bouleversante humanité.
Ce qui veut dire en d’autres mots que mon humanité, avec ses faiblesses et ses pauvretés, deviennent le chemin vers la sainteté qui est d’abord d’accepter d’être pauvre et démunis
Et comment pouvons-nous contempler le Fils de Dieu présent dans l’enfant de la crèche ? En regardant la Vierge Marie. Elle est la première à découvrir dans cet enfant Dieu lui-même. Nous qui ne pouvons que balbutier notre foi, admirons la simplicité et la beauté de son regard contemplant l’enfant qui dort. Marie est celle qui écoute et qui garde dans son cœur. Elle se laisse conduire par la main de Dieu, un pas à la fois. « Elle retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur ».
Demandons à Jésus, au seuil de cette nouvelle année, de nous faire davantage ressembler à sa sainte mère.
La nuit du 31 décembre au 1er janvier, les feux d’artifice éclateront pour accueillir une nouvelle année. Ce sont mes vœux pour vous : que la bienveillance montrée le 31 décembre et le 1er janvier ne soient pas ‘Feu d’artifice’, artificiel, mais qu’elle vienne du fond de notre cœur, sans hypocrisie. Une nouvelle année est également une chance inouïe ! Nous pouvons recommencer ‘tabula rasa’, les compteurs sont mis à zéro ! C’est cela aussi, vivre en vrai chrétien : se donner une nouvelle chance, et aussi donner une nouvelle chance, un nouveau début à ceux qui nous entourent.
Au diable la rancœur, les réputations établies, les amertumes. Essayons de voir les autres et nous-même avec le regard de Dieu. Une sainte année 2023 !
Votre Curé.